Accueil > Séminaire en ligne > 14e Colloque annuel : Résistances Thérapeutiques

14e Colloque annuel : Résistances Thérapeutiques

Le 18 janvier 2019, le Cancéropôle Île-de-France a organisé son colloque annuel sur le thème des résistances thérapeutiques. Cette journée, soutenue par la Fondation ARC pour la recherche sur le cancer, a été coordonnée par Sergio Roman-Roman (Institut Curie) et Eric Deutsch (Gustave Roussy).

La résistance aux thérapies anticancéreuses, qu’elle soit primaire ou secondaire, a de lourdes conséquences en terme d’efficacité de traitement. C’est pourquoi des travaux de recherches sont menés, notamment sur l’hétérogénéité de la tumeur, dans le but de contrer les résistances et trouver des stratégies thérapeutiques adaptées.

Lors de ce Colloque, le sujet de la résistance thérapeutique a été discuté à travers différentes thématiques :

  • Immunothérapie
  • Radiothérapie
  • Marqueurs circulants
  • Thérapie ciblée

Les jeunes chercheurs lauréats du prix 2019 du Cancéropôle Île-de-France ont également présenté leurs travaux.

Retrouvez ici le compte-rendu multimédia de la journée.
Télécharger le programme de la journée

Coordination de la journée

Sergio ROMAN-ROMAN (Institut Curie), Eric DEUTSCH (Gustave Roussy)

Compte-rendu multimédia de la journée

INTRODUCTION

Hervé FRIDMAN, Président du Cancéropôle Île-de-France, ouvre la journée en présentant le Cancéropôle Île-de-France et en insistant sur l’importance des travaux menés pour mieux comprendre les résistances aux traitements. En effet, on rencontre plus d’échecs lors d’essais thérapeutiques en oncologie que dans des essais concernant d’autres pathologies. Le cancer est une maladie complexe, pour laquelle de multiples mécanismes de résistance aux thérapies se mettent en oeuvre. Mieux comprendre la façon dont ces résistances se mettent en place est donc indispensable pour rendre les traitements plus efficients.

Hervé FRIDMAN, Cancéropôle IDF

 

LEUCÉMIES LYMPHOÏDES CHRONIQUES (LLC) AGRESSIVES ET RÉSISTANCES AUX DROGUES

Florence NGUYEN KHAC présente quelques études sur les leucémies lymphoïdes chroniques (LLC), leucémie la plus fréquente de l’adulte âgé caucasien, en se focalisant sur les cas de LLC qui résistent aux traitements.

Florence NGUYEN KHAC, Sorbonne Université, AP-HP Hôpital de la Pitié SalpêtrièreDiaporama

 

CANCERS VIRO-INDUITS ET RÉSISTANCE : EXEMPLES DE CANCERS DES VOIES AÉRODIGESTIVES SUPÉRIEURES

Cécile BADOUAL est anatomopathologiste à l’AP-HP HEGP et travaille dans une équipe de recherche au PARCC. Les cancers des voies aérodigestives supérieures, le plus souvent des carcinomes épidermoïdes, concernent essentiellement deux types de populations : une associé à des comportements alcolo-tabagiques, et une seconde présentant des cancers viro-induits (papillomavirus), qui vont mieux répondre aux thérapies et avoir un meilleur taux de survie. Le micro-environnement des cellules tumorales semble jouer un rôle fondamental dans ces différences de réponses.

Cécile BADOUAL, AP-HP HEGPDiaporama

 

HYPERPROGRESSION SOUS IMMUNOTHÉRAPIE ANTI-PD1/PD-L1

Stéphane CHAMPIAT, oncologue médicale à Gustave Roussy dans le département des phases I, parle de l’hyper-progression tumorale, phénomène qui arrive sous immunothérapie. On observe en effet chez les patients sous immunothérapie deux types de réponse : une amélioration de l’état du patient, ou une aggravation très rapide. La question posée est de mieux caractériser ce phénomène, d’évaluer la proportion de personnes susceptibles de présenter une hyper-progression tumorale, et enfin de savoir quels sont les facteurs qui augmente le risque.

Stéphane CHAMPIAT, Gustave RoussyDiaporama

 

IMPORTANCE DES MÉCANISMES NON GÉNÉTIQUES DANS L’ÉVOLUTION TUMORALE ET LA RÉSISTANCE THÉRAPEUTIQUE

Le modèle utilisé par l’équipe de Jean-Christophe MARINE est le mélanome cutané, maladie à haute potentialité métastatique et présentant de grandes résistances à la plupart des agents chimiothérapeutiques. Son équipe étudie les problèmes survenant lors de thérapies ciblées et lors d’immunothérapie, et Chris Marine se focalise dans cette présentation sur les mécanismes intervenant dans des cas de résistances à des thérapies ciblées.

Christophe MARINE, VIBDiaporama

 

LIBÉRER TOUT LE POTENTIEL DE MÉDECINE DE PRÉCISION AVEC INTELLIGENCE ARTIFICIELLE

Nikos PARAGIOS est professeur de mathématiques à l’Ecole Centrale Supelec, et il présente l’évolution de l’intelligence artificielle ces dernières années et quelques applications possibles en cancérologie : contourage automatique en radiothérapie, optimisation du plan de traitement en radiothérapie.

Nikos PARAGIOS, Ecole centraleDiaporama

 

ETUDE DES MÉCANISMES DE LA RÉPONSE TUMORALE À LA RADIOTHÉRAPIE ET DE L’HÉTÉROGÉNÉITÉ TUMORALE DANS LE GLIOBLASTOME

Elisabeth MOYAL travaille sur le glioblastome, qui reste incurable malgré les nouvelles techniques en radiothérapie. Son travail consiste à étudier les mécanismes biologiques de résistance à la radiothérapie (plasticité radio-induite, hétérogénéité tumorale, …) et à une optimiser la définition de la cible en radiothérapie, tout en préservant les organes à risque.

Elisabeth MOYAL, IUCT OncopoleDiaporama

 

TRADUCTION DES ARNm ET RÉSISTANCE AUX THÉRAPIES CIBLÉES ET AU NOUVELLES IMMUNOTHÉRAPIES DANS LE MÉLANOME

Caroline ROBERT fait un état des lieux clinique du traitement du mélanome, où tout avance très vite depuis quelques années grâce aux thérapies ciblées et à l’immunothérapie. Il reste malgré tout des résistances à ces thérapies, et elle s’est associée à Stéphane VAGNER pour trouver d’autres moyens de lutter contre ces résistances. Ce dernier travaille en biologie moléculaire et s’intéresse au complexe eIF4F impliqué dans la traduction d’ARN messagers et point de convergence de nombreux mécanismes de résistances associées à des mutations.

Caroline ROBERT, Gustave Roussy, Université Paris Saclay
Stephan VAGNER, Institut Curie, CNRSDiaporama

 

Jeunes talents et prix du Cancéropôle Île-de-France

A mi-journée, les trois lauréats du Prix 2019 du Cancéropôle IDF ont été invités à présenter leurs travaux et se sont vus remettre leurs prix :

  • Stéphanie GACHET, Institut de Recherche Saint Louis,
    La délétion 6q accélère la progression tumorale des leucémies T en modulant les fonctions ribosomales et mitochondriales
  • Roman CHABANON, Gustave Roussy,
    Exploiter les défauts de réparation de l’ADN pour moduler l’immunité anti-cancéreuse : une étude du potentiel immunologique des inhibiteurs de PARP
  • Luis J CASTRO-VEGA, PARCC, U970
    Génétique et génomique intégrée des phéochromocytomes et paragangliomes
© Cancéropôle Ile de France 2019
Gestion des cookies